Quartier de la Porte de Paris à Saint-Denis - Crédits : Som Vosavanh
Agglo Plaine Commune
 Vous êtes ici :

Agenda

twitter facebook google + addthis envoyer par mail
Imprimer la pageConvertir au format pdf (ouverture dans une nouvelle fenêtre)

Théâtre

Publié le 11/12/2017

Kroum

Théâtre Gérard Philipe

© Emmanuelle Legrand

Lieu

Théâtre Gérard Philipe

59 Boulevard Jules Guesde

93200  Saint-Denis

infos pratiques

Du jeudi 18 janvier au dimanche 28 janvier 2018

Du lundi au samedi à 20h - dimanche à 15h30

Relâche le mardi

Durée estimée : 1h50

Salle Roger Blin 

Spectacle en russe, surtitré en français

Infos et réservations sur www.theatregerardphilipe.com

Les personnages des oeuvres russes possèdent un sens aigu de la tragédie douloureuse, de l’exaltation métaphysique et de l’indolence poétique. Il faut croire que leurs élans, si stupéfiants du point de vue français, sont le fruit d’une psychologie fort éloignée de la nôtre. Leur déraison dépasse bien souvent notre entendement cartésien, notre goût pour l’ordonnancement des concepts et des sentiments.

Alors, que présager d’une rencontre entre un metteur en scène français, Jean Bellorini, et une troupe d’acteurs russes, celle du théâtre Alexandrinski de Saint-Pétersbourg ? Fascination, malentendus, reconnaissance… Sur le plateau, la densité de deux cultures de théâtre.

Il faut alors choisir une matière de travail. Faire le choix d’un auteur israélien, Hanokh Levin, porteur d’une culture toute autre, renommé pour son écriture satirique et son humour noir. Choisir une comédie « avec deux mariages et deux enterrements » mais sans héros, une comédie où les personnages se débattent avec une certaine volupté dans leur compromission. Mécontents de leurs existences minuscules, ils revendiquent comme un dû une médiocrité de confort. Sans s’en donner vraiment les moyens, car tout semble déjà perdu. C’est cette chute qui n’en est pas une – puisqu’ils sont déjà tout au fond –, qui rend leur quête poétique. Par fulgurances, ils touchent alors malgré eux à la beauté.

Nul doute que l’énergie démesurée de « l’âme russe » n’abdiquera jamais devant ces combats sans péril et sans gloire. Il faut parier sur le choc, la révolte, la vie qui s’immisce et se tord pour atteindre la lumière. Faire de l’ectoplasme un héros malgré tout.

<- retour vers Agenda

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

twitter facebook google + addthis envoyer par mail